samedi 30 août 2014

Questions de mémoires au Rwanda par Jean-Pierre Chrétien.

Il y a un peu plus de 20 ans avait lieu le génocide des Tutsis au Rwanda. Eminent spécialiste de l'Afrique des Grands Lacs, Jean-Pierre Chrétien a récemment participé au numéro de la revue XX siècle portant précisément sur ce thème. En 2013, il avait publié avec M. Kabanda Rwanda, racisme et génocide. L'idéologie hamitique.


On sait la question vive. Alors que les historiens recueillent et analysent les témoignages des acteurs, les témoins extérieurs appellent à éclaircir le rôle de chacun dans ce massacre court mais massif, les commémorations étant toujours l'occasion de réveiller des mémoires douloureuses. 

Prenons le temps d'écouter Jean-Pierre Chrétien dans cet entretien qui revient sur la question des mémoires du génocide au Rwanda




lundi 11 août 2014

70ème anniversaire du massacre de Thiaroye : Réponse d'Armelle Mabon.

Le massacre de Thiaroye est un drame militaire et colonial de la fin de la Seconde Guerre mondiale qui s'est passé à Dakar (Sénégal), en décembre 1944. Il fut oublié, il est désormais fort bien connu après avoir été pendant longtemps relégué aux oubliettes comme un événement peu glorieux pour l'armée française coloniale. 

Il s'agissait d'un groupe de tirailleurs dits "sénégalais", c'est à dire originaires de l'ensemble de l'ex-AOF, rapatriés rapidement de France où ils avaient été emprisonnés depuis la drôle de guerre (les Nazis refusant de compter des Noirs dans les camps d'Allemagne). Avec la promesse que leur solde leur serait payée à leur arrivée à Dakar, ils y furent parqués à nouveau dans un camp près du village de Thiaroye à quelques kilomètres de Dakar. Las d'attendre un paiement qui n'arrivait toujours pas et qui leur était maintenant promis seulement à leur retour au village, ils se rebellèrent. La riposte fut une fusillade brutale qui laissa une cinquantaine de morts (les estimations variant de 35 et 70 morts jusqu'à ce que Armelle Mabon s'empare de la question). 

On ne sait toujours pas où ils furent enterrés, sans doute dans une fosse commune non loin ou dans le petit cimetière militaire oublié de Thiaroye. Jean Suret-Canale fut l'un des tout premiers à évoquer cet épisode dans le tome II de son Histoire générale de l'Afrique occidentale (1963). J'en entendis pour ma part parler vers la fin des années 1970 par des amis sénégalais qui en avaient une vague notion. Je partis à la recherche du cimetière que je finis par retrouver avec une certaine difficulté car plus personne ne savait où il se trouvait, dissimulé derrière un petit mur pas très loin de la route partant vers la petite côte (il est aujourd'hui restauré et bien entretenu). 

Depuis lors, la question a été sérieusement étudiée. Le cinéaste sénégalais Sembene Ousmane en a fait un film plausible ; l'ex Président du Sénégal Abdoulaye Wade a remis à l'ordre du jour la question des "tirailleurs" revivifiée à l'occasion de la redécouverte tardive des très faibles pensions perçues par les anciens militaires d'origine coloniale, puisque le taux en avait été gelé depuis la date de l'indépendance. 
Est donc ressorti, sur la place de l'ancienne gare de Dakar, le monument aux morts de la Première Guerre mondiale dédié en 1923 à 'Demba et Dupont", le tirailleur et le poilu, le Sénégalais et le Français regardant fièrement dans la même direction, qui avait été mis au rancart au moment de l'indépendance. "Dupont et Demba", monument aux morts de la Grande Guerre.  

Depuis, la grande spécialiste de l'affaire de Thiaroye est l'historienne Armelle Mabon, Maîtresse de conférences à l'université de Lorient, et l'on attend également la thèse prochainement soutenue d'un doctorant, Martin Mourre, qui a manié à son tour une quantité massive d'archives inédites sur la questions dans de nombreux fonds disséminés en de multiples endroits (précisés ci-dessous par Armelle Mabon) dont la liste est donc désormis parfaitement inventoriée. 
Bien que certains éléments de cette évidente "bavure" en demeurent énigmatiques du fait de la disparition non résolue de quelques pièces du dossier, ces recherches extrêmement approfondies de sources très soigneusement recoupées et référencées ne laissent aucun doute sur les péripéties de l'épisode, qui n'a donc plus besoin d'être "étudié" … par une troisième thèse redondante, sinon pour peaufiner éventuellement quelques détails. 

C. Coquery-Vidrovitch 
Fresque murale à Dakar évoquant
 Thiaroye (source@wikipedia) 


Le 4 juillet 2014 était mise en ligne sur le site "Etudes coloniales" une lettre ouverte signée de J. Fargettas au Président de la République l'invitant à mobiliser conjointement historiens africains et français pour faire toute la lumière sur un évènement dont l'histoire scientifique peine à s'emparer, sujet à "polémiques et discussions". 

Cet évènement est le massacre de Thiaroye dont l'historienne Catherine Coquery-Vidrovitch a retracé l'histoire aujourd'hui clairement documentée en introduction de ce billet. 

 Le CVUH offre à la spécialiste de la question Armelle Mabon, MCF à l'université de Lorient, la possibilité de répondre à la lettre ouverte de J. Fargettas.

A lire ci-dessous : 

Commentaires sur la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de la République du 4 juillet 2014 ayant pour objet le 70ème anniversaire de la tragédie de Thiaroye (Sénégal, 1er décembre 1944).     

Le 28 juillet 2014.

     Le 6 juillet 2014, Julien Fargettas, chercheur associé à l'unité de recherche « Croyance, Histoire, Espace, Régulation politique et administrative » (CHERPA) de l'Institut d’études politiques d'Aix-en-Provence, m'a transmis un retour sur « la synthèse sur le massacre de Thiaroye» du 27 mai 2014. Il m’a prévenue qu'il avait également écrit au président de la République, sans me transmettre toutefois une copie de ce courrier. C'est par hasard que je l'ai découvert ce jour sur le site internet « Études coloniales ». 

 Dans ma synthèse, j'ai fait état de mes travaux sans attaquer quiconque. Julien Fargettas, dans sa lettre publique, s'autorise à violemment dénigrer mon travail d'historienne. Je souhaite, par la présente, apporter quelques commentaires pour défendre tout à la fois mon travail et mon métier. 

 Julien Fargettas fait-il allusion à ses propres travaux quand il affirme que « L'Histoire scientifique n'a pu que très sommairement s'emparer du sujet » (sic) ? Pour ma part, j'ai bénéficié d'un congé pour recherche de six mois, consacré presque exclusivement à des investigations sur Thiaroye. J'avais déjà mené des recherches préalables, reprises par mes soins après la publication de mon livre Les prisonniers de guerre "indigènes" : visages oubliés de la France occupée (Paris, La Découverte, 2010). J'ai, ensuite, publié un article sur Thiaroye, « Le massacre des ex-prisonniers de guerre coloniaux le 1er décembre 1944 à Thiaroye (Sénégal) », dans l’ouvrage collectif Nouvelle histoire des colonisations européennes (XIXe-XXe siècles) : sociétés, cultures, politiques, dirigé par Amaury Lorin et Christelle Taraud (Paris, presses universitaires de France, 2013). J'ai, depuis, inlassablement poursuivi les fouilles d’archives, collecté et recoupé le plus d'informations possibles dans des divers fonds, en France et à l’étranger. 

Je considère, dans ces conditions, que je ne me suis pas emparée de ce sujet « sommairement » (sic). C'est la raison pour laquelle je me suis sentie autorisée à alerter le président de la République et les ministres concernés sur les nombreuses et fâcheuses erreurs entourant Thiaroye. Il est faux de déclarer que j'ai saisi le président de la République en octobre 2012 : je l'ai fait en mai 2014 après un patient travail de longue haleine. Mise à part une circulaire retrouvée par les archivistes du Service historique de la Défense (SHD), aucune pièce n'a été mise à ma disposition. J'ai dû demander au bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC) les dossiers individuels qui m'avaient été signalés par le ministre de la Défense lui-même. 

Julien Fargettas mentionne l'omission d'autres archives, sans préciser lesquelles. Outre les archives du SHD, j'ai consulté, en France, les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) ; le dépôt central des archives de la Justice militaire (DCAJ) ; les archives de l'Assemblée nationale ; les Archives nationales ; plusieurs fonds d'archives départementales ; et les archives de l'Académie des sciences d'outre-mer. J'ai également interrogé le Centre d’histoire et d’étude des troupes d’outre-mer (CHETOM). Ces recherches archivistiques en France ont été complétées, à l’étranger, par des recherches auprès des Archives nationales sénégalaises et des Archives nationales britanniques. J'ai, en outre, consulté de très nombreuses archives privées. Je poursuis actuellement les investigations auprès des Archives nationales américaines et du Centre des archives économiques et financières (CAEF). 
En revanche, si je me réfère aux notes du chapitre consacré à Thiaroye dans l'ouvrage Les tirailleurs sénégalais : les soldats noirs entre légendes et réalités (1939-1945) de Julien Fargettas (Paris, Tallandier, 2012), seules les archives du SHD et des ANOM sont référencées à partir de la note 104, avec un doute sur la côte 5D302 et les « Ibid. » qui suivent. Il est particulièrement étonnant de constater qu'un historien prétendant travailler sur Thiaroye n’ait pas consulté par exemple le carton DAM 3 aux ANOM, contenant la cruciale enquête Mérat et d'autres informations indispensables pour comprendre Thiaroye. Il existe également des données importantes dans les centaines de télégrammes échangés, dès lors que l’on veut bien prendre le temps de les dépouiller. 

Quant à mes prétendus « conclusions hâtives » (sic) et autres « raccourcis incohérents » (sic), ainsi que ma supposée « partialité » (sic), il conviendrait, avant de se permettre de formuler des jugements aussi graves, de prouver que je n'ai pas confronté les sources, base méthodologique du métier d’historien. J'ai mené ce travail minutieusement, en sollicitant des personnes ressources si nécessaire, qui peuvent d’ailleurs en témoigner le cas échéant.

En octobre-novembre 2006, dans un article publié dans la revue Vingtième siècle, revue d'Histoire, Julien Fargettas jugeait : « Le travail d'Armelle Mabon semble aujourd'hui le plus complet. [...] Certaines interrogations s'apparentent toutefois à des prises de position et contribuent à nuire à l'indéniable qualité de ce travail ». En effet, je m'interrogeais alors déjà sur l'absence, dans les archives, d'un télégramme du 18 novembre 1944 sur les soldes de captivité. Avec la découverte de la circulaire du 4 décembre 1944, faisant croire a posteriori que les rapatriés avaient perçu avant l'embarquement l'intégralité de leurs soldes, on comprend mieux, dès lors, pourquoi ces documents officiels ont disparu des cartons d'archives dédiés à Thiaroye au SHD, la spoliation des rappels de solde pouvant apporter une explication au massacre. 

À aucun moment, dans ses travaux publiés sur Thiaroye, Julien Fargettas n'a émis le moindre doute sur la véracité des informations contenues dans les rapports, courriers et télégrammes déposés aux archives. Être historien, c'est pourtant questionner la source et son statut, ainsi que les circonstances et les conditions de sa production. 

Quant à la demande opportuniste de créer un comité pour « faire le point sur les sources, les traiter, les analyser » (sic), je regrette de signaler qu'une grande partie de ce travail a déjà été accompli par plusieurs historiens. Que faut-il comprendre, enfin, par « la volonté de s'affranchir des controverses qui, jusque-là, n'ont pas permis à la connaissance de l'événement de s'établir » (sic), si ce n'est, précisément, le refus de Julien Fargettas de voir la réalité de la spoliation, des falsifications, des mensonges, du massacre et du procès mené à charge ?

Arrivée au terme de cette longue recherche et après avoir étudié en détail l'instruction du procès, ce que n'a pas fait Julien Fargettas alors que ces archives sont accessibles, j'ai pu clairement établir le doute sur la culpabilité des condamnés. C'est pourquoi il me paraît judicieux que la commission de révision de la cour de Cassation soit saisie à l’occasion du 70ème anniversaire du massacre de Thiaroye en décembre prochain. C'est par ce chemin honorable que la France parviendra à faire œuvre de justice pour ces ex-prisonniers de guerre venus d’Afrique défendre la France.


mercredi 2 juillet 2014

Mangeclous, un juif repoussant au bac français par G. Berkman.

L’opinion publique est convaincue aujourd’hui, et c’est heureux, de la nécessité de resituer les images dans leur contexte, afin d’éviter le contresens historique, voire la manipulation et la falsification. Il importe aussi, a fortiori devant un public scolaire, de resituer le plus précisément possible les textes, et ce dans l’enseignement de la littérature tout autant que dans celui de l’histoire. 

Cette situation engage la réception, et par conséquent les usages et les pratiques mêmes des textes, qui ne sont jamais anodins. L’enseignement de la littérature ne devrait jamais être déconnecté de la situation historique des textes. C’est ainsi qu’un passage de Mangeclous d’Albert Cohen, publié en 1938, non resitué dans son contexte, ni par rapport à la biographie de son auteur (Cohen a raconté comment, enfant, il a été traumatisé par la découverte de l’antisémitisme, et s’il peut sembler reprendre certains clichés antisémites, c’est aussi pour les parodier et les retourner sur le mode burlesque), pourrait fort bien, pour un lecteur ignorant et dépourvu d’appareil critique sérieux, s’apparenter aux pamphlets antisémites de Céline : L’École des cadavres date également de 1938. Celui-ci développe à plaisir le topos du monstrueux et du repoussant, écrivant par exemple : « À la rigueur, sa figure [il s’agit du Juif sur qui se focalisent, comme on sait, la haine et l’obsession pathologiques de Céline] devrait peut-être nous prévenir, sa gueule visqueuse, ses regards de pieuvre. » Pour un lecteur non prévenu, non informé, est-on si éloigné que cela du portrait de Mangeclous, même si l’intention de Cohen est radicalement opposée à celle de Céline ?



On ne manipule pas impunément certains textes dotés d’une charge explosive, a fortiori quand on les propose dans un sujet de baccalauréat, lequel sera lu à l’échelle nationale par des milliers d’élèves la plupart du temps bien peu informés. Et poser cela n’est nullement en appeler à une quelconque censure, mais à un surcroît de vigilance, c’est-à-dire d’éclaircissement en amont et en aval.

Le 18 juin dernier, le sujet proposé à l’EAF (épreuve anticipée de français) pour le baccalauréat technologique portait sur l’objet d’étude « le roman et ses personnages ». Comme à chaque fois, l’élève doit au préalable lire le corpus de textes proposé, à la suite de quoi il répondra à une « question transversale » sur 4 points, avant de choisir parmi l’un des trois exercices sur 16 points : commentaire littéraire, dissertation ou écriture d’invention. Le corpus de textes portait cette année sur des « personnages repoussants » de la littérature romanesque : soit un extrait du portrait de la Grande Nanon dans Eugénie Grandet de Balzac, une description de Gwynplaine dans L’Homme qui rit de Hugo, un passage d’un roman récent de Marc Dugain, La Chambre des officiers, traitant des « gueules cassées » de la Grande Guerre et un extrait de Mangeclous d’Albert Cohen, consacré à la description de Pinhas Solal, dit Mangeclous, l’un des six compères juifs de la petite île de Céphalonie. Quatre réprouvés, quatre « personnages repoussants », à en croire l’intitulé de la dissertation : « À votre avis, la présence de personnages repoussants dans un roman nuit-elle ou contribue-t-elle à l’intérêt que l’on porte à sa lecture ? » Soit, parmi ces candidats à l’opprobre : une servante au grand cœur taillée en grenadier de la garde de Napoléon, deux personnages défigurés (les handicapés et autres accidentés de la vie apprécieront de se voir englobés parmi les « personnages repoussants ») et… un Juif. Pinhas Solal est désigné comme tel dans le paratexte : « Le roman raconte la vie de six compères juifs, sur l’île de Céphalonie, en Grèce. » L’extrait décrit sa « barbe fourchue », ses « immenses pieds nus, tannés, fort sales », sa « redingote crasseuse », son office de « faux avocat ». Suit l’évocation des flatulences (Mangeclous est surnommé Capitaine des Vents, expression choisie qui échappera sans doute aux élèves, coutumiers de vocables plus directs). Caricature et portrait-charge sont au rendez-vous. L’appétit du personnage est « célèbre dans tout l’Orient non moins que son éloquence et son amour immodéré de l’argent ». Tuberculeux, il a, dans un accès de toux, « fait tomber un soir le lampadaire de la synagogue ». (Une note explique au candidat ce qu’est une synagogue.) Mangeclous, enfin, relève du monstre de foire. Dans une profonde rigole qui traverse son « crâne hâlé », il dépose « divers objets, tels que des cigarettes ou des crayons ».

Le texte est également proposé au commentaire composé, avec les deux axes suivants :
« 1 Vous étudierez tout d’abord le portrait d’un personnage à la fois comique et repoussant.
2 Vous montrerez ensuite comment ce personnage hors norme prend une dimension mythique et légendaire. »

Le plan suggéré induit une certaine réception du texte, dont on ne pourra pas dire qu’elle est à la charge du seul lecteur. On suggère à l’élève de mettre dans une première partie en valeur l’aspect comique et repoussant de Mangeclous. Vu l’abondance des mentions de sa judaïté dans le texte, ce comique et cet aspect répulsif seront tout naturellement à porter au compte de son être-juif. Comique et repoussant, le faux apôtre qui se prétend avocat, le dévoreur de clous (seraient-ce ceux de la croix ?) qui tousse si fort qu’il fait choir le lampadaire de la synagogue… Comme de bien entendu, ce comique, cette laideur sont sublimés par la grâce de l’écriture littéraire : telle est la visée de la seconde partie de commentaire suggérée à l’élève. Mais quelle peut bien être donc la dimension « mythique et légendaire » que l’on pousse l’élève à repérer, sinon la fameuse légende médiévale du Juif errant ? Il s’agit de ce portier du prétoire de Pilate qui frappa le Christ et se trouva condamné, en expiation de sa faute, à errer de par le monde, sous les noms variés d’Isaac Laquedem ou Ahashvérus, comme le relatent, d’Eugène Sue à Apollinaire, en passant par Edgar Quinet, Chateaubriand, Goethe ou Nerval, bien des textes que l’élève de section technologique a fort peu de chances de connaître, pas plus, d’ailleurs, qu’il ne connaît l’imagerie d’Épinal ou les gravures d’après des dessins de Gustave Doré à cette légende consacrés… Tous ces textes redoublés d’images réinscrivent l’éternelle culpabilité du peuple « déicide » – celle que Freud, en 1939 soit un an après la parution du roman de Cohen, déconstruit de façon magistrale dans L’Homme Moïse et le monothéisme comme déni du meurtre du père primitif – mais nos élèves n’ont pas lu Freud, non plus qu’ils ne connaissent la Légende du Juif errant, et ce sont des interprétations bien plus sommaires que l’on provoquera chez eux, et nier cela relèverait de la plus entière mauvaise foi.

Tout cela est-il bien sérieux ? Pareil choix ne révèle-t-il pas une méconnaissance inquiétante de ce que peut être le bagage culturel d’un élève ? Et faute de ce bagage culturel qui se voit ici présupposé avec une confondante candeur, comment est-il possible de fermer les yeux sur les effets que l’on risque à tous coups d’induire, surtout lorsqu’on sait d’expérience qu’aujourd’hui, pour bien des élèves, « juif » est synonyme de « radin », et que nombreux sont ceux qui s’étonnent, voire s’offusquent, que le Christ ait pu être juif ?

Certes, le texte est remarquablement écrit. Certes, il émane une forme de tendresse amusée du portrait truculent, rabelaisien dirait-on, de Mangeclous, représentant de cette communauté juive de Céphalonie vouée à l’extermination quasi totale – le livre évoque, dès le début, le sort terrible des Juifs d’Allemagne… mais cela, rien ne le signale dans le paratexte… Mais qui peut lire cela, dans le contexte, et à ce niveau-là d’études ?

Pour qui lit ce texte rapidement, et a fortiori à la lumière du corpus proposé, le « personnage repoussant » est ici un juif crasseux animé d’un « amour immodéré de l’argent ». Qui plus est, ce Juif est menteur et malhonnête (passons sur les « vents », ils échapperont fort heureusement à plus d’un candidat). C’est un faux avocat, un faux frère à la barbe fourchue – un Judas crève-la faim, la caricature d’un cliché – mais qui, parmi les élèves, aura la « compétence » – pour user d’un terme en vogue dans le milieu scolaire – de décoder les niveaux de lecture, et les doubles fonds de ce qu’en d’autres temps on nommait « idéologie » ?

Donner pareil texte dans un corpus de bac, a fortiori à des élèves dont on connaît le niveau souvent très faible, constitue au minimum une maladresse coupable. Dans un contexte empesté par l’affaire Dieudonné, c’est pire encore : c’est une mauvaise action.

Lorsque l’on sait que le choix des sujets est dûment discuté en amont et avalisé par un Inspecteur, on pourra enfin s’interroger tout à loisir sur l’impensé éducatif et le retour du refoulé. Libre aux malheureux correcteurs de s’arracher les cheveux devant les clichés nauséabonds qui n’auront pas manqué de fleurir sous la plume des candidats. Cette fois-ci, comme on dit, on l’aura bien cherché.


Gisèle Berkman, professeur de lettres, ancienne directrice de programme au Collège international de philosophie. 

Dernier livre paru : La Dépensée, Fayard, 2013. 

vendredi 27 juin 2014

Le genre, un travail critique à enseigner par M. Riot-Sarcey.


Michèle Riot-Sarcey, professeure émérite à l'université Paris 8-Saint-Denis, est l'une des fondatrices du CVUH. 

Elle compte aussi parmi les premières historiennes avec Eleni Varikas à avoir introduit le concept de genre dans les sciences humaines et sociales en France, dès la fin des années 1980, en traduisant et publiant notamment l'article important de Joan Scott, dont il est question au début de l'entretien (Joan Scott, "Genre: une catégorie utile d'analyse historique", Cahiers du GRIF, n° 37-38, "Le genre de l'histoire", sous la direction de C. Planté, M. Riot-Sarcey et E. Varikas, 1988). 



Elle est une des fondatrices de la Fédération de recherche interdisciplinaire national sur le genre (RING) et elle a récemment dirigé l'ouvrage De la différence des sexes. Le genre en histoire (Larousse, 2010)Suite aux débats publics des derniers mois, elle est intervenue dans la presse ("Les études de genre participent aussi du combat pour l'égalité",L'Humanité Dimanche, 13/02/2014) et revient aujourd'hui sur l'importance du genre dans le développement d'une analyse critique de la société et sur les enjeux sociaux, politiques et intellectuels de l'enseignement de cette catégorie d'analyse. 




mardi 20 mai 2014

Les vidéos du CVUH : Dans l'atelier de l'historienne Nelcya Delanoë.




En 2013, Nelcya Delanoë, membre du CVUH, publie D'une petite rafle provençale.  Questionnée par Aurore Chery, elle  relate dans cette deuxième vidéo son enquête à Villeneuve-lès-Avignon pour éclaircir les circonstances de la rafle du 31 août 1942 dont elle découvre l'existence par la lecture d'un poème d'Aragon. Avec elle nous entrons  dans l'atelier de l'historienne et suivons pas à pas son travail d'enquête. 






mercredi 30 avril 2014

Compte Rendu de l'Assemblée Générale annuelle du CVUH.





L'assemblée générale annuelle du CVUH s'est tenue le samedi 15 mars 2104 au centre Mahler à Paris. Vous pouvez en lire ci dessous le compte-rendu.

Présents : Sylvie Aprile, Aurore Chéry, Laurent Colantonio, Natacha Coquery, Laurence De Cock, Antonio de Almeida Mendes, Nelcya Delanoë, Blaise Dufal, Fabien Guilioni, Anne Jollet, Olivier Le Trocquer, Fanny Madeline, Gilles Manceron, Véronique Servat, Mathieu Vincent.

Ouverture de la séance à 14h15.
ORDRE DU JOUR
1- Rapport moral
2- Rapport financier
3- Renouvellement du CA
4- Collection Passé&Présent
5- Le site et la liste de diffusion du CVUH
6- Discussion sur les projets
7- Questions diverses

1-Rapport moral 2013

Présenté par Laurent Colantonio, président

En 2013, dans une assez grande continuité avec 2011 et 2012, les initiatives ont été nombreuses. Nous avons à nouveau bénéficié d’un atout dont le Comité ne disposait pas à ses débuts : de l’argent disponible, grâce aux droits d’auteurs perçus sur les ventes des ouvrages de la collection du CVUH (cf. plus loin le rapport financier).

· Deux journées d’études CVUH

. Vulgariser les savoirs historiques, quels enjeux ? : 8 juin, organisée par Laurence De Cock et Véronique Servat, au centre Malher, à Paris. Avec depuis mise en ligne audio + photos, sur le site en libre-accès.

· Les usages socio-politiques de la catégorie de génocide : 7 décembre, organisée par Blaise Dufal, au centre Malher, à Paris. Là aussi mise en ligne audio (merci à Véronique pour les enregistrements) + photos, sur le site en libre-accès. Nous avons décidé de lui donner une suite sous la forme d’un volume à venir dans la collection Passé&Présent.
Dans les deux cas, un bilan positif : des interventions de qualité et des échanges fructueux, entre les intervenants et avec la salle. Un grand merci aux organisateurs/trices et à tous ceux qui ont participé. Un bémol : l’assistance réduite à chaque fois.

· Participation du CVUH au débat annuel organisée par la FSU-Ardèche, le 27 avril 2013 à St Michel de Chabrillanoux. Le thème retenu était : « Comment on s’arrange avec l’histoire pour créer une identité nationale ? » Débat animé par Philippe Brett. Avec : F. Reynaert (écrivain et journaliste), L. Colantonio et  B. Dufal (CVUH) et l’un des acteurs/ouvriers du film de G. Perret Mémoire d’ouvriers. Il y avait un coin librairie où nous avons pu présenter (et vendre) les volumes de la collection.

· Le même jour (27 avril), le CVUH était partenaire de la journée d’études : « La connaissance du génocide des Arméniens. Les enjeux en France d’une loi de pénalisation », organisée par la LDH et la Revue arménienne des questions contemporaines : participation de G. Manceron, G. Noiriel, L. De Cock, J.P Chrétien, A. Jollet. Le CVUH a aussi financé la captation vidéo (mise en ligne depuis) de la journée.

· Blaise Dufal est intervenu pour le CVUH dans le cadre du Printemps de la mémoire (mai-juin 2013). Le 29 mai 2013 : discutant lors de la journée "Mémoires, histoires et transmissions : un enjeu d'éducation" à Villiers le Bel. Le 10 juin 2013 : discutant lors de la journée "Travail de mémoire et participation citoyenne" à Paris (Belleville).

· Le CVUH à la Fête de l’Huma, dimanche 15 septembre 2013. Au Village du livre, devant un public bien garni, rencontre-débat autour du livre de Christophe Darmangeat, Conversation sur l’origine des inégalités (dernier volume paru dans la collection Passé&Présent). Débat modéré par Blaise.

· Rendez-vous de l’histoire de Blois, 10-13 octobre 2013. Cette année, le CVUH a notamment organisé une table-ronde (samedi 12), animée par Anne Jollet, autour du livre de W. Blanc, A. Chéry et C. Naudin, Les historiens de garde, en présence des auteurs du volume, et avec la participation de M.C Rodriguez et Ch. Heimberg.
D’autres membres de l’association sont intervenus au cours de ces quatre jours.

· Olivier Le Trocquer a participé pour le CVUH à la table ronde publique : « Histoire et mémoire(s) : témoins, lieux et débats », organisée au lycée Claude-Fauriel de Saint-Etienne, le 22 novembre 2013, à l’initiative de Franck Thénard-Duvivier, dans le cadre des « Débats citoyens en Rhône-Alpes ».

· Le CVUH était présent lors des 3e Rencontres d’histoire critique (UP92/Cahiers d’Histoire), sur le thème « Guerre et paix » (28-30 novembre 2013). A l’invitation d’Anne Jollet, plusieurs membres de notre association ont participé aux différents ateliers : G. Manceron, C. Coquery-Vidrovitch, L. Colantonio, S. Aprile, V. Servat.

· Blaise Dufal a assuré toute l’année le rôle de « correspondant média ». Il reçoit, par téléphone, les sollicitations des médias, puis soit il y répond, soit il renvoie l’interlocuteur vers le/la ou les membres du CVUH susceptibles de répondre à la demande ponctuelle.
Dans ce cadre, Olivier Le Trocquer a notamment répondu aux questions de Arthur de Boutiny, journaliste à Rue89, pour la préparation d’un article qui articulait commémoration du centenaire de la Grande Guerre et 800e anniversaire de la bataille de Bouvines :
http://rue89.nouvelobs.com/2014/01/08/clouez-bec-a-ceux-fatiguent-14-18-248865

· Le site

Présenté par Véronique Servat, secrétaire & Webmestre

Lors de la dernière assemblée générale du CVUH, le compteur statistique du site affichait 82 000 pages vues. Il en affiche aujourd’hui plus de 154 200. Au regard de l’activité de l’association, le site est donc en très bonne santé, attestant de l’intérêt pour la vie du CVUH. Le nombre d’abonnés au flux d’information RSS du site a été multiplié par deux puisqu’il est désormais de 24. Dans le même ordre d’idée, la page facebook compte 684 abonnés, ce qui est environ le double de l’an passé.

Le site a été alimenté par des annonces, des informations et des articles. Les pages fréquentées relèvent le plus souvent soit des informations relatives à l’association (Qui sommes-nous ? Comment nous rejoindre ? ou Textes de référence), soit d’articles réactifs mis en ligne suite à des polémiques relayées par la presse. C’est le cas pour les trois articles les plus lus en 2013 : Le vrai visage de Robespierre, Métronome et Les trafiquants de la mémoire, ce dernier portant sur la multidiffusion d’une émission sur la Vendée. On note que le nombre d’articles mis en ligne a été plus faible que l’an passé puisqu’il est inférieur à 20.

Au-delà de l’aspect strictement quantitatif, on peut légitimement s’aventurer vers quelques remarques qualitatives. Les traces des journées d’études mises en ligne forment un ensemble très riche. Quand les journées sont annoncées, des demandes relatives à leur mise en ligne se font toujours entendre, ce qui nous interroge sur la pertinence d’y répondre favorablement, étant donné la fréquentation parfois jugée décevante de certaines de ces journées.

· Le 6e volume de la collection Passé & Présent est paru le 15 février 2013 : Christophe Darmangeat, Conversation sur l’origine des inégalités.


L’année 2013 a aussi été marquée par la disparition de notre très cher ami Thierry Aprile, à qui nous pensons fort aujourd’hui.

Le rapport moral est adopté à l’unanimité des présents.


2-Rapport financier 2013

Présenté par Fanny Madeline, trésorière.

Le CVUH se porte toujours très bien. Le solde de l’année 2013 est de 6 872 euros, Nous avons touché 1 462,16 euros de droits d’auteur d’Agone auquel il a fallu retrancher 222,5 euros reversés aux auteurs de Pour quoi faire la révolution.
Nous avions l’année dernière 8 271 euros. Nous continuons donc à entamer nos finances notamment avec les dépenses effectuées pour les deux journées d’études sur les enjeux de la vulgarisation des savoirs historiques du 8 juin et sur les usages de la notion de génocide du 12 décembre 2013. Leur coût total est de 1 497 euros auxquels il faut ajouter 715 euros qui correspondent à la contribution à la journée sur le génocide arménien, dont nous avons financé la captation vidéo.
Nous avons également dépensé 345 euros pour imprimer des flyers CVUH.
Nous avons fait un don de 300 euros à Sylvie Aprile et avons participé aux obsèques de Denis Berger et Thierry Aprile (290 euros)
Et nous avons rémunéré Aurore Chéry pour sa traduction du manifeste en anglais (115 euros).
Cette année Blois nous a couté 180 euros, un peu moins que l’année dernière.
Nous avons aussi pris en charge notre propre diffusion des livres de l’association. Nous avons donc versé à Agone 758 euros afin de disposer de 85 exemplaires dont nous avons déjà récupéré 516 euros sur les ventes (41 exemplaires)
Ce qui fait en 2013 un total de 4 458,4 euros de dépenses pour 2 980,6 euros de recettes.
Nous sommes retombés cette année à 42 adhérents, dont 7 nouveaux, ce qui amène à conclure qu’une quarantaine d’adhérents constitue pour l’instant un seuil stable autour duquel nous tournons. Le plus bas, 36 en 2010, par rapport aux 75 adhérents de 2005. La question est de savoir si on continue à essayer de trouver de nouveaux adhérents et si oui comment ? Nous avons maintenant des Flyers : où les distribuer ? et quand ? Hormis nos propres manifestations.
En conclusion, nous avons encore pas mal d’argent notamment pour financer les prochains journées d’étude. En revanche, les recettes pour 2014 risquent d’être à la baisse car les droits d’auteur d’Agone vont baisser cette année (pas de nouveau livre paru dans la collection en 2014).

Le rapport financier est adopté à l’unanimité des présents.

3-Renouvellement du Conseil d’Administration
-       Membres de droit : G. Noiriel, C. Coquery-Vidrovitch, L. DeCock.

-      Sortants : Laurent Colantonio, Sylvie Aprile, Anne Jollet, Fanny Madeline, Véronique Servat, Blaise Dufal, Aurore Chery, Jean Vettraino, Natacha Coquery, Olivier Le Trocquer.

-       Une candidature : Nelcya Delanoë.

-       Nouveau CA élu à l’unanimité : Laurent Colantonio, Sylvie Aprile, Anne Jollet, Fanny Madeline, Véronique Servat, Blaise Dufal, Aurore Chery, Nelcya Delanoë, Natacha Coquery, Olivier Le Trocquer.

-       Le bureau est reconduit pour 2014 : Laurent Colantonio (président) ; Sylvie Aprile et Anne Jollet (vice-présidentes) ; Véronique Servat (secrétaire) ; Fanny Madeline (Trésorière).

4-Collection Passé&Présent : perspectives 2014.

En préparation : un volume sur les usages socio-politiques de la notion de génocide, coordonné par Blaise Dufal, est envisagé pour 2015.
Le projet d’un volume sur les usages publics de l’histoire en Europe est relancé.

5-La liste de diffusion.

La liste de diffusion du CVUH est un autre moyen de relier l’association à ses adhérents. Elle diffuse des informations pratiques, des textes engagés qu’ils émanent ou non du CVUH, et génère des discussions entre membres. A ce jour, l’expression n’y est pas modérée. La gestion de la liste se fait avec une interface liée à l’ancien site, elle est d’une prise en main malaisée.

L’assemblée générale a décidé le basculement de la liste CVUH sur Google Groups, plus pratique d’utilisation. Afin de redynamiser la liste dans l’intérêt de tous, nous invitons les adhérents à ne pas hésiter à l’alimenter en annonces, nouvelles, informations, bibliographies, débats qui intéressent les usages publics de l’histoire en général ou qui concernent un ou plusieurs membres du CVUH.

6- Discussion sur les projets

→ Des interventions « classiques »
· Laurent Colantonio représentera le CVUH au Festival Raison d’agir, 9-11 avril 2014, à Poitiers. Cette année le festival aura pour thème « L'amour de l'ordre Conservateurs, réactionnaires, intégristes, etc. » Une table ronde est prévue le jeudi de 15h30 à 17h30 intitulée « Un certain goût du passé », où il sera notamment question des usages récents de l'identité nationale.

· Mohammed Ouaddane, cheville ouvrière du Printemps de la mémoire, nous a sollicités.

· Olivier Le Trocquer propose une journée d’études sur le « modèle républicain » (décembre 2014), avec l’idée de l’organiser en province, peut-être à Marseille. Il nous paraît en effet important de ne pas nous limiter à des rendez-vous à Paris.

· Dans la perspective de la participation du CVUH à la fête de l’Huma 2014, l’assemblée générale a retenu le thème du genre. Blaise se chargera de la préparation du débat.

· Blois – Rendez-vous de l’histoire 2014. Nous réfléchissons à une table-ronde CVUH qui entrerait dans le thème de cette année : « Les rebelles ».

· Agone – Collection Passé & Présent. Pour 2015, un 7e volume est envisagé (cf plus haut) dans le prolongement de la journée sur le génocide.

→ Des nouveautés ?

· Une nouvelle rubrique sur le site : Nous avons décidé de proposer, à un rythme régulier, des entretiens filmés avec, à chaque fois, l’intervention d’un(e) spécialiste sur un sujet/thème qui fait débat. Une autre manière pour nous de prendre part et de rendre compte de l’actualité des usages publics de l’histoire. Aurore Chéry et Blaise Dufal en sont les chevilles ouvrières. Nous espérons être bientôt en mesure de diffuser les premiers enregistrements.

· Olivier Le Trocquer propose d’organiser des « Ballades urbaines d’histoire critique », auxquelles nous pourrons participer et qui seront annoncées sur le site/liste.

· Goliards/Radio Libertaire

Nous avions évoqué avec W. Blanc  la possibilité de proposer un cycle d’émission CVUH dans le cadre de  « Radio Goliards » sur Radio-Libertaire. Après discussion, l’association préfère laisser la liberté à ses membres d’y participer ponctuellement, sur invitation, comme pour toute émission de radio. Laurent Colantonio interviendra en septembre sur la Grande Famine d’Irlande (1846-1851), son histoire et sa mémoire.

La séance est levée à 17h15

mardi 22 avril 2014

Une vidéo de l’Elysée… (Hollande dans la continuité de Jaurès ?) par V. Chambarlhac




 « Les choix politiques du Président sont dans la continuité de ceux de Jaurès », sous ce titre une vidéo, frappée du #Jaures2014, sur le site de l’Elysée (http://www.elysee.fr/videos/quot-les-choix-politiques-du-president-sont-dans-la-continuite-de-ceux-de-jaures-quot-jaures2014/). 

Un sous-titre précise « déjeuner des historiens, spécialistes de Jaurès », 16 avril 2014. La vidéo dure exactement 2, 02 mn. Le temps semble compté pour ces historiens, reçus afin de préparer la visite présidentielle à Carmaux, le 23 avril. Quatre intervenants apparaissent, représentant deux associations tangentielles au Parti socialiste, la Fondation Jean Jaurès (FJJ), la Société d’Etudes Jaurésiennes (SEJ). Rapportée au temps de la vidéo, le temps de parole participe d’une forme extrêmement brève de l’exposition de leur propos, confinant à l’ellipse. En soi, cette vidéo que l’on pourrait facilement qualifier « d’épisode mondain » importe peu de prime abord sur le plan de l’histoire dans son rapport au politique, d’autant que les usages de la figure de Jaurès ont été largement scrutés, analysés[1]. Elle vaut seulement que l’on s’y attarde sous l’angle d’une stratégie de communication qui évolue, et pourrait signifier, par l’Elysée, un nouvel avatar de la figure jaurésienne.

Effets de montage


Sur les deux minutes de vidéo, quatre entretiens. Gilles Finchelstein, directeur général de la FJJ introduit, rappelant « l’intérêt majeur pour l’histoire » du Président, et sa « connaissance approfondie de Jaurès ». Interviennent ensuite les historiens, membre de la SEJ. Gilles Candar, président de la SEJ, affirme l’évidence « d’une relation particulière [de François Hollande] avec Jaurès, qui est l’homme qui enracine le socialisme » ; il s’interroge ensuite sur ce qu’il y a de « jaurésien » chez le Président, « sans doute le sens du mouvement ». Une courte apparition de François Hollande, avec Vincent Duclert de dos, précède le propos de Marion Fontaine qui rappelle « qu’il [François Hollande] vient d’un parti dont le premier ancêtre est le Parti de Jaurès ». Henri Nallet, président de la FJJ, rappelle l’inscription de François Hollande dans l’année Jaurès, et affirme que ses choix politiques sont la continuité de Jaurès, soulignant que « l’appel à la réforme [de François Hollande] est un appel tout à fait jaurésien ». La vidéo peut s’achever. 
On le sait, depuis Godard, le montage est une affaire de morale. Le choix qui se donne à voir ici est double. Il est celui de très brefs propos, face caméra, dont la question n’est jamais donnée, mais toujours inscrit dans la comparaison Jaurès/ Hollande. A ce jeu, le temps de parole des historiens de la SEJ est légèrement plus court que celui des intervenants de la FJJ. Ces derniers donnent un ton un tantinet plus politique : c’est au présent, partant de Hollande pour aller vers Jaurès qu’ils s’expriment, quand Gilles Candar et Marion Fontaine rappellent davantage Jaurès en son époque. Le qualificatif de « jaurésien » fait pont entre ces deux blocs d’intervention quant, à l’évidence, le terme de socialisme appartient au vocabulaire des historiens. La seconde logique du montage tient donc à la succession des entretiens : FJJ (Finchelstein) / SEJ (Candar) / SEJ (Fontaine) / FJJ (Nallet) où la séquence centrale avec François Hollande, demandant aux historiens de l’éclairer sur le « dossier Jaurès » vaut par la présence muette de Vincent Duclert sur laquelle nous reviendrons.

Dans sa forme, la vidéo implique les modalités encadrant le recours à l’historien « spécialiste de Jaurès » par l’Elysée. François Hollande est un Président qui, par son intérêt majeur pour l’histoire, sait s’adresser et surtout écouter les historiens spécialistes. Deux compétences présidentielles s’affichent : celle de l’historien attentif à la commémoration –comme au sens qu’il faudrait lui donner-, celle de l’écoute ensuite. Brisons là pour la mise en scène de François Hollande. La seconde modalité tient aux ressources mobilisées. Elles participent toutes de l’orbite du PS, quoique s’articulant sur des registres différents. La SEJ, refondée en 1959 autour d’Ernest Labrousse, construit Jaurès comme objet historique ; elle était auparavant une société d’amitiés fondée en 1915 sur le mode des sociabilités socialistes. Après 1959, Jaurès devient à la SEJ un lieu à partir duquel questionner l’histoire du mouvement socialiste, du mouvement ouvrier, en décentrant le propos face à l’historiographie marxiste alors dominante. Jaurès se construit là dans le face à face, comme le souligne la litanie des colloques : Jaurès et la classe ouvrière, Jaurès et les intellectuels… Le propos est historique, s’écrivant au rebours de la tentation mémorielle. La FJJ, dont la fondation est plus récente (1994) allie à ce travail historique la mémoire, apportant dans ce mouvement une tonalité plus politique puisque présentifiant davantage Jaurès[2]. Cette présentification participe, dans la vidéo, d’une politisation renouvelée de Jaurès en regard des enjeux politiques actuels. Histoire et mémoire s’intriquent donc dans cette vidéo par les ressources mobilisées propres aux PS. En soi, nous serions dans le registre ordinaire des références socialistes à Jaurès dans l’enceinte partidaire entre histoire, mémoire, parti. Ceci à condition d’un oubli, le lieu. Ici, la translation de Solferino à l’Elysée mérite questions.

Jaurès à l’Elysée, outil de communication ?


On peut apprécier la vidéo de deux manières. La plus expéditive la renvoie à sa brièveté qui la rend insignifiante, voire triviale. Si, par son paratexte[3], elle s’inscrit dans la logique commémorative de l’année Jaurès où l’Etat prend toute sa part dans son soutien aux initiatives multiples[4]. Sa vision semble l’apparenter à une discussion d’après déjeuner, décousue, rapide (trop) et sans doute caricaturale par la conclusion formulée par Henri Nallet, au rebours de l’officialité du paratexte. Nous ne serions pas loin, ici, de l’imaginaire républicain des banquets radicaux… On peut ainsi douter du public qu’elle viserait, où à tout du moins s’interroger sur sa légitimité sur le site de l’Elysée. Contre cette première lecture, on considèrera que cette vidéo participe d’une stratégie de communication, dont quelques indices permettent de jauger la logique, et le(s) public(s) cible(s), à la veille du déplacement présidentiel à Carmaux.

Le premier de ces indices tient au surplomb socialiste des entretiens par la SEJ, la FJJ. Ici Jaurès doit être questionné en regard de son mythe et de son utilisation au sein du Parti socialiste. Il apparaît sur le siècle écoulé comme une ressource dans les rapports du PS au pouvoir. Néanmoins, dans l’eschatologie socialiste, cet usage de Jean Jaurès participe de couple janusien : Jaurès/Guesde[5] d’abord, Blum/Paul Faure[6], puis Blum/Mollet, Mitterrand/Rocard enfin[7]. Toujours Jaurès se donne comme la part éclairée de ce rapport, il est également dans le parti le symbole de l’unité et de la synthèse. Il est enfin républicain. Tous ces éléments font sens dans une lecture contournée de Hollande par Jaurès, tant dans les qualités prêtées à l’homme, que dans sa politique éducative avec, par exemple, la morale laïque avancée par Vincent Peillon, alors au MEN… 
Cette lecture se heurte néanmoins à une absence, a priori, celui d’un envers janusien de ce qu’il y’aurait de Jaurès dans Hollande. On ne peut alors s’empêcher de penser à l’appétence de Manuel Valls pour Clemenceau[8], et donc mezzo voce la reprise du débat de 1906 entre Jaurès, parlementaire socialiste acquis à la cause de la grève ouvrière, et Clemenceau tout entier focalisé sur l’ordre, imperméable à toute considération sociale, puisque ministre de l’intérieur en exercice[9]. On retrouverait là la dichotomie propre au socialisme français dans le rapport au pouvoir mais singulièrement renouvelée par son lieu d’élection -l’Elysée contre naguère le Parti-, les figures -l’une socialiste, l’autre radicale donc plus à droite, ce qui semblerait indiquer que le couple de l’exécutif subsume l’ensemble de l’espace de gauche.

Le second de ces indices tient à l’insistance prêtée au caractère jaurésien de Hollande. Sinon par l’appel, le rôle de tribun, ce caractère semble davantage participer d’un style plus que d’un contenu. Sur ce plan, revenir à la lecture qu’Amédée Dunois proposait du jauressisme aux lendemains de la première guerre mondiale quand SFIO et SFIC se disputaient les dépouilles du tribun avant sa panthonéisation, peut être éclairant. Soulignant que Jaurès est ressource, au moins dans l’interrogation « Qu’est-ce qu’aurait fait Jaurès ? », il définissait ainsi le jauressisme : « C'est la tendance qui consiste à concilier les contraires, à harmoniser les antagonismes, à pacifier, si j'ose dire, la guerre civile, à parlementariser la lutte de classe[10](…) le but final est plus ou moins sacrifié au mouvement ». La charge porte la marque du contexte des années 20. Rapportée aux bribes d’entretiens, elle souligne pourtant le Jaurès porté par la vidéo -l’homme d’un style, du mouvement et de l’audace de la réforme- et son enjeu contemporain, la question de la majorité parlementaire. A ce point, c’est l’absence de toute référence au parlementaire qu’était Jaurès qui importe dans la vidéo, indiquant sans doute le poids des institutions de la Ve République, et donc la nécessité puisque Jaurès est à l’Elysée de réactualiser son mythe[11]. Cette logique de réactualisation de Jaurès appelle, pour les contempteurs de gauche de la politique gouvernementale de retourner à Jaurès pour dénoncer ce qu’il ya de faux dans l’argument de la continuité Jaurès/ Hollande : on retrouve ici un Jaurès « révélateur des contradictions des gauches[12] » que l’Elysée omettait.

Dernière indice enfin, signifié par la présence muette de Vincent Duclert, un usage de Jaurès comme ressource éthique et républicaine, porté par son opus La gauche devant l’histoire. A la reconquête d’une conscience politique[13]. Une citation, tirée de cet essai de 2009, suffit à mettre en abyme la vidéo : « L’histoire est la continuation de la politique lorsque celle-ci n’est plus possible. La politique est la continuation de l’histoire lorsque celle-ci est impossible (p 158). » Où l’on voit donc que Jaurès commémoré n’a d’intérêt qu’au présent d’un discours visant à inscrire dans l’histoire des rapports des socialistes au pouvoir le mandat de François Hollande. C’est là un Jaurès icône républicaine qui se dessine, le socialisme appartient à une histoire révolue, du-moins ici, puisque seuls les historiens usent de ce terme. Le discours de Carmaux à venir, infléchira peut-être cette lecture, tout du moins participe-t-il, par le lieu, de la thématique du choc. Ce fut celui de Jaurès se convertissant au socialisme, c’était, dans la campagne de 2007, un lieu ressource, tirant Jaurès à hue et à dia[14].


Vincent Chambarlhac
MCF Histoire, Université de Bourgogne.





[1] Notamment Laurence De Cock et alii, Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire, Marseille, Agone, 2008. Egalement, par l’un des protagonistes de ce déjeuner de l4Elysée, Gilles Candar, Jaurès en campagne, http://ldh-toulon.net/Jaures-en-campagne-par-Gilles.html
[2] Pour une introduction à ces sociabilités jaurésiennes, cf. Vincent Chambarlhac et alii « Jaurès » In Histoire documentaire du Parti socialiste, tome I, L’entreprise socialiste, Dijon, EUD, 2005, p 251-263.
[3] Le paratexte est, selon le Larousse, l’ensemble des éléments textuels d'accompagnement d'une œuvre écrite (titre, dédicace, préface, notes, etc.). Par ce terme nous désignons ici l’ensemble des indications présentes sur la page de l’Elysée où figure la vidéo.
[4] http://jaures2014.org/
[5] Guesde, tout comme Jaurès, est l’un des piliers de la fondation de la SFIO. Son oubli actuel tient au refoulé de sa figure, toujours soupçonnée d’incarner, par son marxisme, la révolution, et donc le communisme, quand Jaurès incarne la réforme. Indiquer Jaurès tout en congédiant Guesde sur le siècle socialiste suppose ainsi le choix de la réforme contre la révolution. Cette lecture oublie, dans la logique même de la synthèse jaurésienne, l’unité affichée au congrès de Toulouse (1908) entre réforme et révolution. Elle est donc la négation même de l’esprit de synthèse de Jaurès et participe, mezzo voce, d’un discours sinon de guerre froide, tout du moins d’un discours d’affrontement entre les partis frères de gauche. L’intérêt est ici de souligner qu’à chaque fois que l’on se réfère au Jaurès réformateur, cela se fait au prix de la négation d’une part de l’historicité de sa pratique, sauf lorsque l’on accole à ce réformisme l’épithète  « radical ». A cet égard, d’un point de vue historiographique, la lecture du n°30 de Mil neuf cent, singulièrement titrée « Le réformisme radical. Socialistes réformistes en Europe (188061930) vaut indice.
[6] Secrétaire de la SFIO dans l’entre-deux-guerres, celui-ci incarne le patriotisme de parti contre la tentation, et l’exercice du pouvoir, par la SFIO. Cf. Thierry Hohl, A Gauche ! La gauche socialiste. 1921/1947, Dijon, EUD, 2004.
[7] Alain Bergounioux, Gérard Grunberg, L’ambition et le remords. Les socialistes français et le pouvoir, Paris, Fayard 2005.
[8] Dans une longue littérature, on citera ces articles les plus récents : Michel Winock, L’autorité et la fermeté de Clemenceau, un modèle pour Valls, le Monde, 3/04/2014. Et Jean Garrigues, De Clemenceau à Valls, le fluide d’autorité, Le JDD, 5/4/2014.
[9] On lira, dans cette optique, la note de la Fondation Jean Jaurès du 30 août 2010 consacrée au rapport de la gauche et du pouvoir, et surtout le dialogue, par textes interposés, entre Gilles Candar et Manuel Valls. http://www.jean-jaures.org/Publications/Essais/La-gauche-et-le-pouvoir.
[10] Amédée Dunois, « Jaurès et le jauressisme », Bulletin communiste, 4 août 1921
[11] Sur ce point, voir Marion Fontaine questionnant les Jaurès du XXe siècle, « Pourquoi Jaurès ? », Cahiers Jaurès, Société d’études jaurésiennes, n°200, avril/ juin 2011.
[12] http://matthieulepine.wordpress.com/2014/04/19/non-hollande-ne-sinscrit-pas-dans-la-continuite-de-jaures/
[13] Vincent Duclert, La gauche devant l’histoire. A la reconquête d’une conscience politique, Paris, Seuil, 2009. Pour une lecture critique, http://www.lours.org/?pid=673.
[14] Vincent Chambarlhac, « Jaurès en campagne (Septembre 2006-Avril 2007) », Recherche socialiste, n° 39-40, 2007.